Accueil du site > Actualités > Communiqués > L’innovation de Kipling passe par le Luxembourg

L’innovation de Kipling passe par le Luxembourg

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Consultis a été retenu par le célèbre fabriquant de sac pour améliorer son processus d’innovation. La marque au singe veut étendre sa progression sur le marché mondial. Pour l’aider dans sa transition, Kipling désire s’aligner sur des pratiques d’innovation optimales. Une démarche pour laquelle elle a fait appel aux services de la société Consultis.

Contexte
L’innovation est un enjeu primordial pour tout producteur dans le marché actuel. Une concurrence accrue et des exigences en hausse chez le client obligent toute société à renouveler ses produits dans une triple optique : l’utilité, la beauté, la nouveauté. Le design thinking est l’approche la plus en vogue qui témoigne de cette nécessité ; le concept s’est introduit, consciemment ou non, dans la stratégie de la plupart des sociétés qui réussissent et parviennent à grandir malgré la situation économique et concurrentielle actuelle.

_ Développement
Eischen, 10 heures du matin, ça s’active dans les bureaux de la société Consultis. Les slides défilent sur l’écran de la salle de réunion. Christian De Coster, manager de la société, et Loïc Dervaux, consultant, peaufinent les détails de leur premier rapport. Le document partira bientôt pour le siège belge de Kipling ainsi qu’aux Etats-Unis. Un contexte de travail international qui n’est pas nouveau pour Christian De Coster.

« Nous travaillons régulièrement avec des sociétés qui ont une activité internationale. C’est d’ailleurs grâce à une mission réalisée pour Chiquita que nous sommes entrés en contact avec Kipling. Le responsable de Chiquita de l’époque travaille à présent pour VFC, propriétaire américain de Kipling. Il a souhaité s’entourer de nos compétences au moment de lancer cette mission ».

La mission en question a pour but de renouveler le processus d’innovation de Kipling en intégrant la démarche du design thinking, un concept que l’on peut traduire par « pensée créatrice ». L’équipe de travail est pluridisciplinaire : Consultis est en charge de l’aspect processus, Kipling a par ailleurs fait appel à une spécialiste du design thinking venue de l’université de Standford aux USA. Christian explique : « Kipling veut accélérer le renouvellement de ses collections et est passé de 2 à 4 collections par an. Ils profitent de ces changements pour revoir leur philosophie d’innovation. Le design thinking va devenir leur véritable moteur de changement. Un moteur alimenté en partie par ce que l’on appelle le « consumer insight », c’est-à-dire l’intégration de l’utilisateur final dans le processus d’innovation. Kipling veut travailler dans une véritable optique de co-création avec ses clients. »

Le design thinking est une approche assez récente qui s’impose lentement dans de nombreuses sociétés dont la production est destinée à la grande distribution. Loïc Dervaux définit le design thinking comme un processus continu de perfectionnement du produit. « L’innovation n’est pas un processus linéaire, il ne s’agit pas de réfléchir à un nouveau produit et de le fabriquer ensuite. C’est plus compliqué que cela, le design thinking impose une remise en question permanente. Le but est de parvenir à créer une communauté l’utilisateurs qui s’identifient à un produit. Ce produit doit devenir une expression de ce qu’ils sont. C’est pour cela que les clients sont intégrés au processus de création. L’innovation doit prendre tous les paramètres en compte : quelles nouvelles pratiques peut engendrer mon produit, quelle matière utiliser, avec quel design, etc. ? Ce processus amène des professionnels venus de tous horizons à collaborer : psychologues, ingénieurs, commerciaux,…et le client lui-même mettent leur connaissance en commun au profit d’un même objectif : l’innovation. »

L’apport essentiel de Consultis est de traduire les concepts de « design thinking » et de « consumer insight » en de véritables processus de travail. Avec l’accélération du renouvellement des collections et l’intégration des utilisateurs dans le processus d’innovation, il est essentiel pour Kipling de pouvoir se reposer sur un processus de travail optimisé et bien huilé. « Kipling a des équipes d’innovation basées en Europe, aux Etats-Unis ou encore en Asie. » Christian poursuit : « Il faut harmoniser les cycles d’innovation, les pratiques, il faut penser à l’échange des informations, etc. Tout cela demande une certaine faculté à remettre en question l’existant pour l’optimiser en tirant profit de la situation internationale de Kipling. »

Cette transition depuis une situation existante vers une situation optimisée est le propre du business process reegineering mis en œuvre par Consultis. Le BPR passe par une remise en question fondamentale de l’existant. L’analyse critique porte sur l’organisation dans sa globalité. Le BPR se focalise sur la situation souhaitée et les objectifs visés, il le confronte ensuite à l’existant et pointe les changements à opérer pour mettre en place un processus qui permet de rencontrer ces objectifs.

Pour Consultis, l’amélioration des processus de travail ne doit pas être freinée par l’inertie ou la dépendance à l’existant. Avec Kipling, la société luxembourgeoise trouve un partenaire ambitieux prêt à faire le pari du changement.